Jonathann Daval : ses derniers secrets - Reportage #cdanslair 19.11.2020

Jonathann Daval : ses derniers secrets - Reportage #cdanslair 19.11.2020

Share This Content
Trois ans après le meurtre d’Alexia, le procès de son mari Jonathann Daval s’est ouvert lundi à Vesoul. Depuis son box, ému et nerveux, l’accusé a renouvelé ses aveux. "Oui", a-t-dit, il a tué son épouse seul. Mais c’est surtout hier que les débats sont entrés dans le vif du sujet au cours d’une journée très lourde qui a débuté par le témoignage et les questions des parents d’Alexia puis ce fut ensuite à l’accusé de parler et de s’expliquer sur le meurtre de son épouse.
Une prise de parole attendue par les proches de la victime qui réclament depuis des années la vérité et à qui Jonathann Daval a adressé de façon maladroite ses "excuses". "Je sais que le mot n’est pas adapté" a-t-il dit à la famille d’Alexia "pour ce que j’ai fait et pour avoir menti. J’ai détruit votre vie". Puis l’interrogatoire a commencé. Les questions se sont faites plus pressantes sur sa relation compliquée avec son épouse, jusqu’à ce que soudain Jonathann Daval devenu tout blanc a fait un malaise.
 
Transporté à l’hôpital de Vesoul où il a passé la nuit, Jonathann Daval a reçu ce jeudi le feu vert des médecins, permettant la reprise des audiences devant les assises de la Haute-Saône. Mais le procès a déjà pris une journée de retard et un verdict dès vendredi semble de plus en plus improbable dans ce dossier hors du commun sur le plan judiciaire et qui a déjà connu des nombreux rebondissements.
 
L’affaire a débuté le 30 octobre 2017 par la découverte du corps en partie calciné d'Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, sous des branchages, dans un bois situé à quelques kilomètres de son domicile de Gray-la-Ville. Son mari, Jonathann Daval, informaticien, avait signalé deux jours auparavant sa disparition et disait qu'elle était partie faire un jogging. Les jours suivants, il avait organisé une marche blanche et s'était présenté comme un veuf éploré, toujours en larmes, devant les médias. Quelques mois plus tard, il avait accusé son beau-frère du meurtre, dans le cadre d'un complot familial… Puis, acculé par les incompatibilités de ses propos avec les constatations, il avait fini par avouer le meurtre de son épouse, survenu selon lui pendant une violente dispute. Mais pour les parents de la victime, son acte était prémédité.
 
Alors que s’est-il passé ? Quelles sont les zones d'ombre que la justice va devoir éclaircir ? Pourquoi cette affaire fascine-t-elle autant ? Enfin alors qu’en 2019, une nette hausse des violences faites aux femmes a pu être constatée, quelles solutions apporter ?
 
Invités :
 
- Damien Delseny, rédacteur en chef adjoint au Parisien en charge du service police/justice
- Roland Coutanceau, psychiatre, président de la Ligue Française pour la Santé Mentale et auteur de "Violences conjugales et famille"
- Michèle Fines, journaliste d’investigation, spécialiste faits divers
- Aude Bariéty, journaliste au Figaro et auteure du livre "L’affaire Daval"

Retrouvez-nous sur :
| Notre site : http://www.france5.fr/emissions/c-dans-l-air
| Facebook : https://www.facebook.com/Cdanslairf5/
| Twitter : https://twitter.com/CdanslairF5

Pas un événement important qui ne soit évoqué, expliqué et analysé dans C dans l’air.
Tout au long de la semaine, les deux journalistes donnent les clés pour comprendre dans sa globalité un événement ou un sujet de première importance, en permettant aux téléspectateurs d'intervenir dans le débat ou de poser des questions par SMS ou Internet. Caroline Roux est aux commandes de l'émission du lundi au jeudi et Axel de Tarlé prend le relais le vendredi et le samedi.
Diffusion : tous les jours de la semaine à 17 h 45
Rediffusion : tous les jours de la semaine à 22 h 30
Format : 65 minutes
Présentation : Caroline Roux et Axel de Tarlé
Réalisation : Pascal Hendrick, Jean-François Verzele et Jacques Wehrlin
Production : France Télévisions/Maximal Productions